Imprimer Envoyer

Le bas du village et sa gare CFF (octobre 1985)

Premier village neuchâtelois en arrivant d’Yverdon-les-Bains, cette plaisante petite commune du littoral neuchâtelois est située un peu en hauteur et surplombe le lac. Ayant appartenu aux sires d’Estavayer comme ses localités avoisinantes, Vaumarcus est réputé pour son château moyenâgeux, son centre de rencontres du Camp, ses bons vins et est le départ de nombreuses excusions. On y vient à pieds, à vélo, en bateau, en train ou en bus et on le quitte heureux. A vocation viticole, agricole et résidentielle, la tranquilité en est une qualité reconnue. 

 Le Château et son magnolia en fleurs

Le Château de Vaumarcus, l’un des plus beaux vestiges du Moyen Age en Suisse, est situé sur un promontoire rocheux en bordure du lac de Neuchâtel et du Vallon boisé de La Vaux. Certains historiens pensent qu’il a été construit sur des fondations romaines, d’autres, le datent du IXème ou Xème siècle. Il joue un rôle non négligeable lors des guerres de Bourgogne. Jean II de Neuchâtel-Vaumarcus ouvre son château faiblement défendu en 1476 à Charles le Téméraire et se range aux côtés du duc. Abandonné au milieu du XXème, le château menaçait de tomber en ruine. Par étapes successives, le propriétaire a minutieusement restauré les 45 pièces du château ainsi que les bâtiments annexes. Aujourd’hui, il abrite un centre culturel, gastronomique, commercial et de loisirs. 

 Vernéaz au printemps

Le Camp de Vaumarcus est un centre de rencontres, de formation et de vacances. On y vient en courses d’école, en séminaires d’entreprises ou pour des banquets de mariages. Les scouts, les catéchumènes, les chorales et les sportifs le fréquentent à l’année. Sa plage, son débarcadère, ses rives du lac, son vallon de La Vaux, son hameau de Vernéaz, son vignoble et ses forêts complètent la panoplie du « bien vivre » et de l’accueil.  

 Ecureuil : sobriquets des habitants de Vaumarcus

Les habitants de Vaumarcus sont surnommés « Les Ecureuils ». Ce sobriquet leur est collé depuis le XVème siècle. La légende prétend que lors de la préparation de son attaque du Château de Grandson en 1476, Charles le Téméraire semait la terreur dans la région. En poste au lieu-dit « la Redoute des Bourguignons » près de Vernéaz, l’armée du prince français lançait les premiers assauts de la célèbre bataille de Grandson depuis nos terres.  Par sécurité, la population villageoise se réfugia dans les arbres. Comme les écureuils. 

 

Il est bon de souligner les relations amicales entretenues depuis le 700ème anniversaire de la Confédération (1991) entre les sociétés de développement de Vaumarcus-Vernéaz et Vira (TI). Et finalement, pour apprécier la région "La Béroche" dans laquelle est située notre commune, cliquez ici.